Plan de notre cours de terminale sur Etat, Droit, Justice

Publié le 28 Août 2007

ETAT, DROIT, JUSTICE.

REPÈRES : LÉGAL/LÉGITIME ; FAIT/DROIT ; OBLIGATION/CONTRAINTE ; ORIGINE/FONDEMENT ;

 

Introduction : Qu’est-ce qu’une société et en quoi dit-elle l’homme ?

                        Si l ‘Etat est apparu, c’est qu’il devait et doit encore correspondre à une nécessité, laquelle ? Sécurité, libertés ?

                       Doit-il être contractuel ou doit-il avoir la force pour fondement afin d’être plus efficace ?

                       Aujourd’hui, l’exigence de justice est bien réelle mais comment définir ce concept et quels problèmes pose-t-il ?

 

I-La société et l’Etat.

1-Une nécessité naturelle.

 Aristote,La Politique

2-Analyse de la relation entre l’individu, la société et l’Etat.

a)La question de la dette.

Comte,Catéchisme positiviste,dixième entretien

b)L’insociable sociabilité.

Kant,Idée d’une histoire universelle au point de vue cosmopolite

c)De la société à l’Etat.

Weber, Le Savant et le politique

 

Articulation : Si la caractéristique de l’Etat est le monopole de la violence qu’il considère comme légitime, quelle est l’origine de l’Etat,  et au-delà, quel serait son fondement ?

 

II-Etat et droit : droit de la nature et nature du droit.

1-Le pouvoir est l’origine de l’Etat.

Platon, Gorgias.

Machiavel, Le Prince.

2-La sécurité est l’origine de l’Etat.

Hobbes, Léviathan.

3-Les critiques du droit du plus fort et du contrat basé sur la recherche de la sécurité à tout prix.

a)Les critiques du droit du plus fort.

Rousseau, Du Contrat social.

b)Les dangers du contrat de Hobbes.

Articulation : existe-t-il des formes contractuelles garantissant sécurité et liberté ?

 4-Le contrat social : le fondement moral et pragmatique du droit.

Rousseau, Du Contrat social.

5-L’Etat fondé sur les droits de l’homme c’est à dire sur le droit naturel comme règle idéale de justice.

 

Articulation : Si l’Etat est au cœur de la philosophie politique et apparaît aujourd’hui pour beaucoup comme une évidence, il fut parfois un concept critiqué, soit radicalement et avec des revendications de disparition, soit modérément pour mettre en valeur ses dangers et ce, même au cœur de la démocratie.

 

 

III-Les critiques de l’Etat.

1-La pensée anarchiste.

Proudhon, Révolution sociale démontrée par le coup d’Etat du 2 décembre 1852.

2-La dénonciation des dérives de la démocratie.

Tocqueville, De la démocratie en Amérique.

 

Articulation : Le droit, comme le régime politique qui l’applique doit essayer d’être juste pour être obéi, mais comment définir la justice ?

 

 

IV-Les pensées de la justice.

1-Le donné en lui-même n’est ni juste, ni injuste, c’est un fait.

Hayek, Droit, législation, liberté.

2-La justice peut être définie comme une égalité arithmétique ou géométrique.

a)L’égalité arithmétique.

b)L’égalité géométrique.

3-La justice comme équité.

Rawls, Théorie de la justice.

4-La question de la justice entre les particuliers.

Aristote, Ethique à Nicomaque.

 

BRUNO GUITTON

Rédigé par Bruno Guitton

Publié dans #Expériences pédagogiques

Repost 0
Commenter cet article